• alt text

    Identité des clubs de L1 en 2012-2013

  • A l’image de la France (photo publiée sur l'équipe

    A l’image de la France (Photo publié sur lequipe.fr)

  • La passion partisane : derbies et identités azuréennes (photo nice-matin.com du 2 avril 2011)

    La passion partisane : derbies et identités azuréennes (photo nice-matin.com du 2 avril 2011)

En début de saison, la communication des clubs montre les futurs vainqueurs... et perdants !

Blog>Général

paru le 30/07/2013

« L’intérêt réside dans ce que la communication montre de la vie du club, dans ce que le club affiche pour faire rêver, dans ce que le club dit à ses supporters et surtout dans ce que le club dit aux autres clubs »

Cette phrase que j’avais écris dans mon précédent article « La communication des clubs peut-elle prédire le résultat final du championnat ? » résume parfaitement l’intérêt d’observer la communication des clubs.

L’analyse portait sur la communication 2012-2013. Qu’en est-il de cette ambition ?

« L’intérêt réside dans ce que la communication montre de la vie du club, dans ce que le club affiche pour faire rêver, dans ce que le club dit à ses supporters et surtout dans ce que le club dit aux autres clubs »

Cette phrase que j’avais écris dans mon précédent article « La communication des clubs peut-elle prédire le résultat final du championnat ? » résume parfaitement l’intérêt d’observer la communication des clubs.

L’analyse portait sur la communication 2012-2013. Qu’en est-il de cette ambition ?

 

Tout d’abord, pour une meilleure lisibilité, j’ai modifié la répartition des 4 catégories : j’ai interverti le slogan avec le logo. Cela résolve certaines difficultés. Par exemple la communication de l’OM s’appuie sur une partie du logo. C’est donc à la fois du logo et de l’image. Aucun slogan, ni message. Je l’avais placé sous le terme logo, position imparfaite qui ne pouvait montrer l’importance de l’image (cercle de gauche). En plaçant le terme logo à gauche du cercle, il est plus facile de positionner l’OM pour tenir compte du mélange entre logo et image (cercle de droite).

Voici les classements des premiers en vert et des derniers en rouge sur les deux cercles.

 

 

Dans les deux cercles, on comprend qu’il y a une majorité de vert plus proche du logo et du slogan et qu’une majorité de rouge se rapproche de l’image. La lecture sur le cercle de droite semble plus facile. Il semble que ceux qui ont choisi de s’appuyer sur l’image, ont fait le mauvais choix alors que ceux qui ont misé sur le slogan ont réalisé de meilleurs classements. A ce stade de l’analyse, il y a deux bémols. Les chances que l’OM, l’OL et le PSG fassent parties des premiers du classement n’apporte aucune pertinence quand à la qualité de leur communication. Leur puissance financière biaise l’analyse (si ce n’est les résultats). Le deuxième bémol concerne la communication d’un club comme l’OM. Seul un club avec une telle notoriété peut se permettre de faire une communication si minimaliste. Leur communication est-elle pertinente ? On pourrait répondre à cette question en comparant la communication du club à des moments opposés : lorsque le club fait de bons résultats et lorsqu’il rate sa saison.

Ces deux bémols peuvent en partie être mis de côté en recoupant non pas en fonction du classement sportif mais en fonction du classement des budgets prévisionnels. Le bémol est plus atténué car les clubs à gros budget ne sont jugés que par rapport à de mauvais résultats et ce sera l’inverse pour les petits clubs c'est-à-dire par rapport à leurs bons résultats. Par exemple, PSG plus gros budget ne pouvait pas faire mieux que la première place et Troyes plus petit budget ne pouvait faire un résultat moins bon que dernier. 

 

 

Par rapport au budget prévisionnel, le constat ne fait plus aucun doute. Ceux qui s’appuient sur l’image vont droit au mur. La communication sur le slogan allié au logo indique les clubs qui ont fait les bons choix.

Ce constat ne veut pas dire qu’un club fera de bons résultats parce qu’il a fait une communication basée sur un slogan. Créer un slogan demande une réflexion pour traduire en mots une identité. Cela peut montrer la préparation d’un club en début de saison. Cela ne montre en aucun cas les accidents de parcours. Le cas brestois le démontre exactement. Dans le groupe des « slogans », c’est l’échec retentissant de la Ligue 1. Pourquoi ?

Le club fait un très bon début de championnat puis s’effondre (le constat est donc valable pour la première partie du championnat). La réponse est apportée par l’identité brestoise. L’euphémisme est une caractéristique bretonne. Chaque fois qu’il y a des conflits, le Breton minimise et, s’il peut, les cachent. Or ! Il se trouve que dans la seconde partie du championnat, les dissensions entre les actionnaires sont apparues au grand jour. C’est à partir de ces événements que le club s’est effondré (pour les clubs méditerranéen, ce type de conflit n’entraînent pas obligatoirement de telles conséquences).

La communication ne fait que mettre en valeur l’identité sur laquelle s’appuient les clubs. Pour cette année 2013-2014, voici l’évolution de leurs communications (non compris les promus).

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Retour
Partager cet article

Aucun commentaire




Liste des commentaires